LA PSYCHOSTÉO THÉRAPIE

Nov 29, 2021 | Mes articles :

Une approche entre Psychologie et Ostéopathie

 

Est-ce utile et possible d’avoir des outils d’ostéopathie en psychologie ?

Comment utiliser le corps comme outil thérapeutique ?

Il existe une technique qui utilise des mouvements ostéo-corporels pour :

  • Aider à nous libérer plus facilement et rapidement de nos émotions perturbantes et de nos blocages.
  • Et libérer le corps des blocages corporels qui sont liés à nos problématiques psychiques.

C’est donc une approche de libération des émotions et du corps.

 

La psychologie et le corps dans son histoire

L’approche psychologique s’est construite dans une segmentation de la personne entre le corps d’un côté et la psyché de l’autre. Les deux plans étaient séparés dans l’approche d’un traitement. Le corps aux médecins et kiné-ostéo et le mental et ses émotions à la psychologie.

Pour autant on a toujours parlé, et on parlera toujours du corps en psychologie. Mais, on ne fait qu’en parler, sans contact (ou presque) au niveau du corps. On reste dans la symbolique, même si cela a son importance.

 

Psychologie et corps : quel sens ?

Que le corps soit partie prenante dans le traitement des problématiques d’une personne, c’est une évidence, puisque la dimension du corps est inévitable dans tout vécu.

En effet, chaque situation crée un impact dans notre corps et nous pouvons même remarquer qu’il a tendance à garder en mémoire (beaucoup mieux que notre tête) les informations, voire toutes les informations d’ailleurs.

Notre mental a tendance à ne retenir que notre interprétation des évènements et de la situation. C’est un souvenir, pourrait-on dire, en conscience, de la scène vécue et enregistrée dans notre mémoire.

 

La séparation corps/psyché : est-ce normal ou traumatique ?

A contrario de notre mental conscient, notre corps garde en mémoire tous les impacts de la situation, c’est-à-dire les émotions et leurs conséquences dans le corps (toutes les sensations et toutes les impressions qui y sont liées). C’est pour cette raison que certains auteurs ont parlé de mémoires cellulaires.

Les informations sont conservées de façon tellement précise que nous sommes étonnés lorsque tout remonte suite à un évènement déclencheur. Tout revient en mémoire comme au premier jour avec des souvenirs de détails comme la couleur des objets, l’ambiance lumineuse et la précision du lieu lui-même.

Ces souvenirs précis nous les avons principalement dans des situations de traumatismes ou ESPT (Etat de Stress Post Traumatique). Tous les psys spécialisés dans la prise en charge des traumatismes le savent, c’est un état de fait systématique pour toutes les personnes traumatisées. Ce qui signe ce qu’on appelle une « dissociation ».

Cependant dans une prise en charge psychologique, il est entendu que nous allons repérer ce que le corps montre et dit dans les douleurs par exemple. Mais cela s’opère sans entrer dans la structure du corps. En psychologie, nous évoquons la place du corps et l’objectif ne consiste qu’à être au plus prêt du ressenti du corps. Cependant, ceci n’est possible que dans la mesure où la personne à accès directement à ses émotions et ressenties intérieurs, sans blocages ou résistances.

Le problème c’est que lorsqu’une personne subit un traumatisme, elle se retrouve coupée de ses sensations. C’est ce qu’on appelle en psychotraumatologie une « dissociation péri-traumatique ». C’est un processus de défense de la personne pour éviter d’être continuellement envahie par les sensations désagréables du choc vécu. L’objectif est de couper les émotions perturbantes et, parfois, la personne arrive à occulter jusqu’au souvenir lui-même.

Alors dans ces situations, en tant que psy, il est difficile de pouvoir aider une personne face à une problématique qui est amputée d’une partie ou de tout souvenir.

 

Comment reconnecter le corps avec les émotions ? Une solution ?

Si lors d’un traumatisme le corps est coupé des émotions, il devient évident qu’il faut trouver une solution pour permettre à ces deux niveaux de se reconnecter.

La solution médicale et corporelle :

donner un traitement neuroleptique pour atténuer les symptômes d’angoisses liés au traumatisme pour le médecin. Et un traitement au niveau de la structure du corps pour les kinés et ostéos. Pour les deux solutions, on ne prend pas en compte la dimension des émotions dans la tentative de réparation.

La solution en psychologie classique :

Classiquement, jusqu’à présent en psy on permettait à la personne de se reconnecter à son vécu pour lui permettre de se ressouvenir du moment traumatique et de pouvoir parler de ce qui s’est passé. L’objectif pour la personne étant de réussir à mieux le vivre.  Ceci fonctionne dans la mesure où le problème n’est pas trop grave et ne dépasse pas une certaine mesure de perturbation émotionnelle. 

Ceci n’est malheureusement pas le cas lors d’un traumatisme.

La solution dans les approches psys spécialisées dans le traitement des traumas :

Les deux approches universellement reconnues sont les TCC (Thérapie cognitivo-comportementale) et l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) ou Désensibilisation et Retraitement par les Mouvements Oculaires des vécus traumatiques.

L’EMDR a été validé scientifiquement comme encore plus rapidement efficace que les TCC. Toujours est-il que ces techniques fonctionnent très bien. Je peux l’attester puisque je suis praticien EMDR.

Cependant, il y a un domaine où même l’EMDR ne fonctionne pas, c’est lorsque les souvenirs ne sont pas présents et lorsque la coupure entre corps et émotions est tellement forte que rien n’y fait. Le blocage persiste et la personne reste enfermée dans ses souvenirs traumatisants.

 

Comment donc réussir à dépasser ses nouveaux blocages ?

Il reste en effet un domaine qui n’a pas encore été exploré : c’est de pouvoir joindre dans la même technique les deux dimensions que sont le corps et les émotions.

Les rejoindre dans une même pratique et surtout dans un même geste thérapeutique.

 

Une seule technique pour toucher le corps et l’esprit.

Cette approche a en définitive deux axes thérapeutiques distincts que nous allons voir :

  1. Un contact pour toucher, à travers le corps, les émotions et les croyances du mental c’est-à-dire Notre Personnalité. Le premier apport de la technique est de permettre de libérer les émotions enfouies.
  2. Un contact particulier et différent pour permettre à la personne de transformer les émotions de souffrances qui sont ressorties en une nouvelle ressource et dans une ouverture à la dimension de l’Être (l’Esprit) de la personne.

 

Voici plus précisément ce qu’est cette thérapie :

La PsychOstéo Thérapie

Pourquoi à l’heure de toutes les nouveautés, nous ne trouvons pas de pratique entre ostéo et psy ?

Pour une question de champs de compétences.

Les kinés-ostéo et médecins restent dans le champs de la structure physiologique du corps et les psys dans le champs psychique. Les deux champs restent donc hermétiques à l’autre, même si les différents corps professionnels qui les composent se renvoient les clients ou les patients en fonction des besoins. Il y a donc des besoins pour les pensées et les émotions pour le psy et les besoins physiologiques pour le corps médicale.

Pourtant, ne serait-il pas utile voire nécessaire d’avoir une approche qui regroupe les deux ? Cela permettrait, en fonction de l’histoire de la personne d’avoir accès au corps, dans un premier temps, pour libérer des blocages, pour ensuite, libérer les émotions ou l’inverse.

Il ne suffit pourtant pas d’être formé en psy et en ostéo pour réussir cette approche. J’ai eu, en effet, l’occasion de rencontrer un psychiatre qui était formé en ostéo et qui pourtant n’arrivait pas à concevoir de faire les deux en même temps. Cela lui paraissait même inconcevable.

 

En quoi consiste la méthode ?

C’est en pratiquant sur une personne une technique d’ostéo que j’ai remarqué que cela avait comme conséquence de libérer ses émotions. Cela lui permettait un accès direct à la situation perturbante sans passer par son mental ou réfléchir pour se rappeler de ce qui avait pu se passer.

Si vous voulez savoir plus en détails quelle technique d’ostéo j’utilise, allez voir mon article ici.

Quel gain de temps et d’énergie pour la personne et le thérapeute.

Et surtout, quel gain de sécurité dans le traitement des problématiques. Cela permet de savoir de façon sûre et certaine quel est le problème à résoudre prioritairement. Notre mental ne peut plus, de cette façon, tenter de nous embrouiller.

Nous avons là un moyen extraordinaire de dépasser les problèmes de résistances mentales pour résoudre un problème.

Plus besoin nécessairement que la personne soit connectée à la situation avec les bonnes émotions, comme en EMDR par exemple. Cette fois, il suffit juste d’entrer en contact avec son corps et de voir ce qui apparait directement. Et c’est l’histoire qui remonte qui pourra ensuite être traitée aussitôt par une technique psychothérapeutique appropriée.

C’est donc en utilisant une technique corporelle spécifique que l’on peut réussir à faire remonter des émotions et des histoires enfouies pour qu’elles puissent sortir et être traitées.

Un exemple concret :

J’ai vu lorsque je travaillais en clinique un homme d’une quarantaine d’année, arrivé avec des symptômes de douleurs chroniques à la poitrine et soigné sous cortisone.

Les médecins ne comprenaient pas ses douleurs sans lien avec son problème d’emphysème.

J’ai eu l’occasion de le suivre pendant plusieurs séances et pourtant, malgré ma technique, impossible d’aller toucher la cause du problème jusqu’au moment où j’ai eu l’envie irrépressible de passer derrière lui et de le pousser dans son dos.

Ce geste eu une conséquence incroyable. En un éclair, tout est remonté à sa mémoire : le souvenir de son père qui le pousse violemment dans l’eau pour récupérer un sac qu’il avait fait tombé par accident. Il devait avoir 7 ou 8 ans. La phrase de son père lui est aussi revenue violemment en mémoire : rapporte le sac sinon inutile de remonter !

Il a cru qu’il allait mourir. Cet évènement a créé en lui un tel traumatisme qu’il en a oublié le souvenir par fidélité pour son père.

Mon geste à ce moment à été un vrai déclencheur alors qu’il était impossible d’avoir un résultat juste en passant par la parole, malgré mes efforts.

D’ailleurs, les sensations de douleurs du patient ont immédiatement cessé et juste après il a pu sortir de son séjour à la clinique sans oxygène et sans béquille, avec un traitement en cortisone en baisse.

C’est pour cette raison que je voudrais que les psys puissent avoir cette sensibilité à l’approche du corps. Ce n’est pas juste pour une technique supplémentaire, mais pour avoir accès à une autre cartographie de résolution des problèmes et des souffrances.

C’est une approche qui devrait devenir inévitable dans les traitements des problèmes. Comment se passer du corps, alors que nous vivons tous dans un corps qui ressent et intègre tout ce qui est vécu à chaque instant de notre vie ?

Comment se passer de cette source d’information que notre mental ne pourra jamais égaler en capacité de stockage d’information ?

 

Comment faire remonter le problème et le traiter ?

Attention, faire ressortir des émotions ce n’est pas se libérer et en finir définitivement comme aimeraient le croire certains praticiens.

Cela ne fonctionne pas comme ça. Le problème qui remonte à la surface avec son cortège d’émotions et de sensations perturbantes devient à ce moment là ce qui va devoir être traité psychologiquement.

Pour revenir sur la situation précédente, cet homme a vu ses symptômes réapparaitre quelques mois plus tard, car aucun suivi sur la problématique du père n’a été faite. Je l’ai su par un appel du service anti-douleur dans lequel il avait été  hospitalisé de nouveau, qui voulait savoir ce qui s’était passé dans ma séance.

La source du problème était bien la relation au père et le risque était la récidive si la problématique n’était pas réglée avec son père, ce qui n’a pas été malgré mes conseils à l’époque de poursuivre cette voie.

Pour revenir sur la technique, elle fonctionne sur les mêmes bases que l’EMDR et va permettre de retraiter les informations liées au traumatisme.

Pourquoi ne pas faire uniquement de l’EMDR alors ?

Parce que l’EMDR reste centré sur des stimulations bilatérales en lien avec le cerveau. Ceci est fort efficace, mais reste limité dans certaines situations comme celles de grands blocages ou résistances mentales. Le contrôle mental va bloquer ce processus de changement et on se retrouve dans une impasse.

Le traitement ici se fait dans la technique des Mouvements Ostéo-Corporels de Libération Émotionnelle (MOCLÉ) au niveau du corps et non pas juste avec des mouvements oculaires. Mais surtout ces mouvements agissent de façon incroyable pour faire sortir une personne de son mental et de ses tentatives pour contrôler la situation.

La solution consiste donc à rester sur les mouvements ostéo-corporels pour poursuivre le traitement après avoir levé les barrages du mental.

 

Que se passe-t-il lors de ces mouvements ostéo-corporels ?

La première fonction importante est, comme nous l’avons vu, de dépasser les blocages et les résistances du mental.

Ensuite, grâce à ces mouvements, il s’ouvre au travers du corps et de ses sensations une porte pour les émotions enfouies dans nos cellules. Elles peuvent alors remonter et permettre en même temps une libération physique, physiologique que la personne ressent très fortement dans son corps.

Pour mon patient, ce fut le cas lors de sa prise de conscience. Il fut immédiatement soulagé dans son corps, comme complètement apaisé et avec la sensation de renaitre.

L’objectif dans cette approche est de permettre à la personne de poursuivre son cheminement intérieur pour se libérer de ses blocages et de ses traumatismes.

Mais, en plus de cela, c’est aussi apporter à la personne une autre voie ou une nouvelle vision de sa vie.

C’est ouvrir un nouveau chemin de conscience sur la réalité.

Comment s’opère ce changement ?

Les étapes du changement dans cette techniques sont :

  • Dépasser les blocages du mental
  • Libérer les émotions perturbantes ou même traumatisantes
  • Accueillir le changement

C’est un constat que je fais depuis plus de 25 ans : à chaque fois que l’on libère des blocages et qu’on ouvre une porte au nouveau, il se passe toujours une seule chose : le retour de la vie en nous. C’est un moment ou l’on découvre de nouvelles possibilités. C’est comme si nous prenions contact avec la ressource cachée dernière notre problème.

Nous découvrons à ce moment là, la solution que nous offre la vie.

Je le formule de cette façon, même si cela peut paraitre un peu spirituel, car en réalité cela se présente de cette façon là pour toutes les personnes que j’ai accompagnées vers cette transformation.

C’est vécu de façon systématique par chaque personne comme un véritable cadeau de la vie ou encore comme une Renaissance à Soi.

Cela se passe naturellement si la personne à un accès intérieur à une spiritualité. Sinon, c’est la prise de conscience que l’on peut changer sa vie en vivant et en ressentant les choses différemment.

 

La particularité essentielle lorsque l’on utilise le corps.

Les choses se passent de cette façon du fait qu’en utilisant le corps, on peut accompagner une personne dans son processus intérieur sans avoir la crainte que son mental prenne le dessus. Notre corps est notre meilleure balise pour ne pas se perdre.

Voilà en quoi la technique est unique : son accès direct et continu avec le corps dans l’accompagnement global de la personne.

 

Pour résumer l’approche de cette technique.

C’est une approche globale qui inclut pleinement le corps. C’est la seule technique à le proposer actuellement dans le fait de se servir du corps lui-même pour arriver à libérer nos émotions.

Elle nous permet d’accompagner complètement une personne dans tout son processus de changement : de la libération émotionnelle à la transformation.

C’est permettre à la personne de retrouver un accès à son propre processus intérieur de changement.

C’est une ouverture à la dimension de la vie, à une conscience supérieure de notre Être.

De la libération de nos blocages et de nos émotions jusqu’à la prise de conscience d’une nouvelle réalité d’être, l’accompagnement à travers notre corps est la plus grande garantie de succès.

Notre corps ne ment pas et faire appel à lui dans notre accompagnement de thérapeute est une solution qu’aucun praticien ne devrait ignorer.

Comment avons-nous pu laisser notre corps de côté, ou plutôt avoir négligé toutes les pistes qu’il peut nous offrir ?

J’espère que la porte du corps pourra s’ouvrir encore davantage, c’est une source inestimable d’enseignement.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


 COMMENT RENCONTRER VOTRE ANIMAL TOTEM

ET TROUVER LA QUALITÉ QUI VOUS MANQUE

Une technique rapide, efficace et simple, utilisée aussi pour des sportifs de haut niveau ! 


La méthode est décrite pas-à-pas et vous pouvez l'appliquer de suite !

En plus de votre eBook, vous pourrez recevoir d'autres conseils pour vous aider.
Et bien sûr, vous pouvez vous désabonner à tout instant.
Votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue.

Patrice LE THIEC

PSYCHOLOGUE CLINICIEN Praticien en Ostéopathie et en Médecines Holistiques Fondateur de l'Ecole de Psychologie Intuitive et Corporelle PSI.CO

La page Facebook :