6 outils inédits d’ici la fin de l’année !

 

 

Je me suis posé la question de comment commencer à vous écrire et à vous apporter un contenu qui soit le plus riche possible.

Du coup, cela impliquait une réelle mise en danger.

J’aurais pu commencer à vous transmettre ce que je connais déjà, tous les outils que j’ai commencé à transmettre à mes stagiaires qui suivent mes formations en Psychologie et qui sont dans un cheminement d’apprendre le métier de thérapeute.

OUI, c’est vrai !

Mais voilà, je les connais déjà ces outils même si pour certains j’ai eu l’occasion de les créer aussi.

J’aurais pu aussi vous transmettre des concepts importants de la psychologie.

Ou encore, vous transmettre des techniques spécifiques de Psychologues.

Oui, j’aurais pu, mais tout ça je le sais déjà, et je me suis dit qu’un défi, c’est par définition une prise de risque et une mise en danger.

Donc, je me suis posé la question de savoir ce qui pour moi allait être le plus compliqué et la plus grande prise de risque.

Alors, conclusion :

C’est de vous proposer de nouveaux outils inédits dont vous allez pouvoir vous servir pour vous-même ou pour des personnes que vous pourrez accompagner.

 

C’est un challenge et en même temps c’est pour moi une démarche normale de créer de nouvelles approches ou d’adapter de nouveaux protocoles thérapeutiques.

Et cela pour UNE raison.

Une seule raison que vous connaissez et que vous constatez chaque jour…

Alors la réponse ?

Eh oui, nous sommes tous différents.

Non, sans blague c’est vrai ça ! Smile

Une éthique de la conscience

 

MA PHILOSOPHIE ET MON ETHIQUE DE THÉRAPEUTE

 

 

 

En effet, je ne peux pas concevoir et je n’ai jamais pu concevoir que l’on se serve des mêmes outils pour aider des personnes qui sont toutes différentes.

D’ailleurs, pourriez-vous imaginer une clef qui servirait à ouvrir toutes les serrures ?

key-1600617_1920

D’accord il existe le “passe”, mais vous savez qu’un passe ne fonctionne que dans une certaine limite de serrures (un immeuble ou un lieu donné), et bien une pratique thérapeutique c’est “ex-ac-te-ment” la même chose.

Si dans votre trousse à outils vous n’avez que des tournevis et que vous avez un boulon à défaire, vous allez faire comment ?

Ou alors, que vous avez un panel de techniques et que vous vous retrouvez face à une situation ou vous n’avez pas d’outils parfais, vous allez faire quoi ?

Vous allez dire à la personne en face de vous : Ah, et bien j’aimerais bien pouvoir vous aider, mais ça je ne sais pas faire ! Est-ce bien raisonnable ou même professionnel ?

Oui, il y a peut-être des thérapeutes qui fonctionnent comme ça, mais je n’ai jamais pu me résigner à dire et encore moins à penser ça. Si jamais j’y arrive un jour alors cela voudra dire une chose : qu’il sera temps que je change de métier.

Cela fait presque 20 ans que je pense et agis de cette façon.

Pour reprendre la réflexion des fondateurs de la PNL (Programmation Neuro Linguistique de R. Bandler et J. Grinder) que je partage, je ne me laisse pas la possibilité de croire que je n’y arriverais pas.

Au contraire, même si consciemment je ne sais pas comment faire, je me dis au plus profond de mon être que je vais trouver une solution parce que justement j’ai une personne en face de moi qui vient me demande de l’aide. Et, si la personne se trouve en face de moi, c’est que j’ai quelque chose à lui apporter sinon, quel serait le sens de ma présence, de ma place en tant que professionnel et je peux même aller jusqu’à dire : Ma Mission.

Rien que ça, me diriez-vous ? Oui, rien que ça, et je ne veux absolument pas baisser cette exigence, car il n’est pas en réalité pour moi, ce niveau d’exigence, mais pour la personne en face de moi. Et lors d’une rencontre avec une personne, mon positionnement intérieur est de ne plus exister en tant que personne ou personnalité ou comme on l’appel l’égo. Tout cela s’évanouit dans la relation à l’autre et il ne reste présent que l’autre.

Alors, à ce moment il n’y a que la recherche de solution au cœur de la vie de la personne qui est présente et rien d’autre. C’est pour moi la condition sine qua non d’une possibilité d’accompagner vraiment quelqu’un sur son chemin.

 

Bon et bien voilà, finalement, je viens par ces quelques lignes de vous exposer ma philosophie et mon éthique de thérapeute.

 

Alors conclusion :

Quand je n’ai pas de solution, j’en invente une !

sunset-473603_1920

 

UNE THÉRAPIE DU MOMENT PRÉSENT

 

 

 

Quand je n’ai pas de techniques adaptées à la personne, et bien j’en invente une, là, de suite pour la personne.

Oui, il faut ce qu’il faut !

Et c’est bien justement ce processus qui me permet à chaque instant de savoir que si je ne sais pas, et si justement je ne sais rien, que je vais pouvoir trouver ce qui est juste sur le moment présent.

Et, c’est bien parce que j’en suis persuadé que cela peut se produire.

Et puis, vous savez c’est précisément ce qui fait que ce métier est riche, car il se réinvente à chaque rencontre. Chaque personne que je reçois en thérapie est une nouvelle aventure et un nouveau partage. Et, chaque partage est créateur de nouveau.

 

Oui, CRÉATEUR DE NOUVEAUX HORIZONS !! Winking smile

 

Donc, vous voyez c’est possible !

Mais, il est vrai pourtant que jusqu’à présent je réussissais à trouver de nouveaux chemins d’accès lorsque j’étais au cœur de la relation à l’autre et en lien avec des problèmes spécifiques. La solution se présentait d’elle-même !

 

Mais, pour ce DÉFI, comment cela va-t-il pouvoir se passer ?

Mystère !

 

Bon, et bien c’est un bon challenge, alors !

À moi de m’y lancer.

 

Avez-vous un défi à me lancer ?

 

Je vous invite donc, à me partager vos commentaires, vos retours d’expériences, vos questions et peut-être même à me soumettre un problème particulier dont vous voudriez trouver une solution.

À vous aussi de me lancer un défi…

À très bientôt donc pour découvrir de nouveaux horizons…

  • 1
    Partage